Imágenes de páginas
PDF
EPUB

nos voeux & de nos recherches, dès qu'elle auroit cessé de mériter notre estime ; & puisqu'il faut l'acquérir par de pénibles travaux, qui voudroit acheter à ce prix l'opprobre & l'avilissement ?

Les hommes dégradent ce qu'ils méprisent , jufque dans les noms qu'ils lui donnent. La science est pédanterie , pour les partisans de l'ignorance; la philosophie qui aime le loisir d'une vie folitaire, est misanthropie, pour les personnes livrées fans réserve aux plaisirs, aux affaires, au commerce du monde ; & la piété, pour les ennemis, n'est

que

dévotion. Qu'entendent-ils

par ce terme, & quelle idée se forment-ils des Dévots ? Ils leur reprochent des vices dans le cæur, & des

défauts dans l'esprit. J'abandonne aux Prédicateurs l'examen du premier de ces reproches, & la réfutation des vaines conséquences qu’on tire contre la piété chrétienne , des foi- . blesses, vraies ou prétendues, de ceux qui portent le nom de Dévots. Je me renferme dans les défauts de l'esprit ; & en adoptant le langage du monde, j'entreprens de venger la dévotion de l'injuste mépris de ses censeurs.

L'esprit tient le premier rang parmi les dons de la nature. I n'en est point dont la possession flatte plus agréablement l'amour propre, ni dont la privation fût plus humiliante pour lui. L'amour propre pouvoit renoncer de bonne foi à toute prétention sur les

avantages

de

l'esprit. C'est par une suite de cette admiration pour l'esprit, dans laquelle il y a sans doute beaucoup d'excès, que les ennemis de la dévotion ont crû la rendre souverainement méprisable, en l'accusant de rétrécir, d'abaisser & d'éteindre même l'esprit. Pour juger de cette accusation, & pour traiter aussi cette matière avec ordre, il faut parcourir successivement les différentes espèces d'esprit. Il n'en est aucune où la dévotion, si l'on écoute nos adverfaires, n'ait des torts essentiels. Quand on voudroit les leur avouer, leur dégoût pour elle en feroit-il mieux fondé ? Il fuffit à la dévotion de marquer à l'homme ses devoirs, de le rapprocher de Dieu, de lui frayer le chemin du véritable

1

bonheur. Avec de telles prérogatives elle peut se paffer de toutes les autres. Mais il est difficile de se persuader que des talens émanés de Dieu foient incompatibles avec le plus précieux de tous ses bienfaits. Examinons donc si la dévotion est opposée à l'esprit des belles lettres, à l'esprit des sciences, à l'esprit de gouvernement, à l'esprit des affaires, à l'esprit de société. Justifier la dévotion sur tous ces points, c'est, si je ne me trompe, la réconcilier parfaitement avec l'esprit.

L’ESPRIT

DES BELLES LETTRES.

Es cenfeurs les plus outrés

pas apparemment à tous les Dévots des talens naturels pour les belles lettres. Ils ne leur contestent

que l'usage & l'application de ces talens. Ils folltiennent que la dévotion, dans un homme qui s'assujétit scrupuleusement à ses loix, amortit le feu du génie, émousse la pointe de l'esprit , enchaîne l'imagination. Et de cet état d'engourdissement, où ils fupposent qu'un Dévot se réduit lui-même, ils concluent

que

les talens qu'il peut avoir pour

les

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »