Imágenes de páginas
PDF
EPUB

dio , n.9.

donne la charice, en fut vivement CHAY. IT. touché. Mais dans un discours qu'il for fur ce grand & terrible événemeni , voici comme il console son peuple , & comme il se console luimêine. „JESUS-CHRIST, dit-il, s. Aug. fermos le Roi des Rois, & le Seigneur des « de urbis exci. Seigneurs , a été pris , lié , Hagellé, - exposé à toutes les cfpeces d'outra-.. ges & d'insultes. Il a été suspendu aụ bois : il y a été cloué : il y estos mort. Mettez en parallele JE s U S- « CHRIST avec Rome, Mertez dansa la balance JESUS-CHRIST, avec a toute la terre. Comparez à Jesus- es Christ le ciel & la terre. Que « font toutes les créatures , en comparaison du Créateur ? Et peut-on même les lui comparer ? Cependant se lui-même a été compté pour rien, & il a été traité comme un homme se de néant , par ceux qui l'ont fait « souffrir. » Appende cum Christo Roo mam ; appende cum Christo totam terram ; appende cum Chrifto cælum & terram, Nihil creatum cum Creatore pena satur. Et tamen à perfequentibus depum tatus est nihil.

2. C'est par de semblables vûes

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

CHAP. III. qu'il faut se soutenir & se consolet

dans des événemens qui paroissent
ébranler les provinces entieres & les
états, & qui répandent une confter-
nation générale. Car dans ces mal-
heurs quelle comparaison en peut-
on faire avec JESUS-CHRIST,
avec ses ignominies, & avec sa mort ?
Ce qu'il a souffert nous console de
tout. Après lui nous ne devons rien
pleurer , qu'avec des larmes passage.
res, dont la foi tarit la source, &
qu'elle convertit souvent en actions
de graces. Tout ce qui peut périr, tout
ce qui peut nous être ôté

par

les homines, tout ce qui a été tiré du néant , & qui peut y retourner , n'est pas l'objet d'une douleur inconsolable. Il n'y a aucune grandeur , aucune inajefté comparable à celle de JesusCHRIST. Nous devons être étonnés de sa patience, & de son humiliation : mais après cet exemple , nous ne devons être éronnés de rien.

3. Le joug que portent les enfan's d’Adam est d'un poids accablant , & ils sont contraints de le porter depuis leur naissance jusqu'à leur' mort, depuis le sein de leurs

Eceli, 40.h

meres jusqu'à celui de leur mere gé- CHAP. III. nérale qui est la terre. Grave jugum fuper filios Adam, à die exitus de ventre matris eorum, usque in diem sepultura in matrem omnium. Les soins , les inquiétudes, la pauvreté, les maladies, les déplai fırs particuliers, les afflictions générales, une foule de maux qui se fuccedent, traversent leur miserable vie. S'ils y joignent le découragement & le désespoir, ils appesantissent leur joug. S'ils tâchent de s'affermir par un faux courage,

ils n'en sont pas moins accablés. Il n'y a qu'une humble patience qui soit capable de l'adoucir , & de le convertir en une salutaire pénitence;& rien n'est plus capable d'inspirer une patience humble, que le souvenir de celle de JESUSCHRIST.

4. Car en méprisant pour nous les maux, & en acceptant pour nous la mort, qui étoit en même tems la plus cruelle & la plus honteuse, il nous a mis au-dessus de tous les maux de la vie : il nous a fortifiés contre toutes les craintes ; & il nous a donné des armes pour vaincre tous les maux, en nous montrant comme il les a vaincus.

[ocr errors]

CHAP. I. Christo paffo in carne , disoit S. Pierre,

vos eadem cogitatione armamini. Il - Pat. 4. I.

nous presse même, & nous exhorte
d'une maniere qui se fait sentir juf-
qu'au fond du caur, en prenant sur
lui tout ce qui faisoit trembler notre
foiblesse ; & la consolation qu'il ré-
pand dans l'ame de ses serviteurs les
porte jusqu'à desirer de fouffrir

pour
lui , & à préférer , lors même qu'ils
en ont le choix , une vie crucifiée à
une vie heureuse & tranquille.

$. V.
C'est par l'exhortation du Same

veur crucifié que tant de Mar-
tyrs , de Pénitens, de Vierges,
ont été portés à renoncer à tout
ce qu'ils avoient de plus cher,
à fouffrir toutes fortes de

à s'élever aux plus sublimes
vertus pour avoir part à ses
fouffrances.

1. C'est par cette exhortation secrette, mais puissante, que tant de Martyrs ont regardé la croix de JESUS-CHRIST comme leur gloire;

qu'ils

maux,

qu'ils se font trouvé honorés d'avoir CH'AP. III. part à ses opprobres ; qu'ils ont rendu graces , comme d'une grande faveur & d'un signalé privilege, de boire après lui dans le calice qu'il leur offroit. C'est par la même exhorration que tant de Solitaires, tant de Vierges , tant de Martyrs de l'Evangile & de la pénitence, ont méprisé le fiecle, leur liberté, les nécellités, même de la vie , pour en faire un facrifice volontaire à Jesus-CHRIST. C'est par cette exhortation que plufieurs de tout sexe & de tout état. ont taché d'aller au-delà des devoirs communs du christianisme, & de ne pas se contenter d'une obéiffance prescrite à tous, mais d'y ajouter , felon l'expression de Tertullien, le deslein & le defir de plaire à Diet par des services affectés , & par une attention à ses volontés semblable : celle d'un courtisan Aateur pour gagner les bonnes graces de son maître : Non tantùm obfequi debeo Domino, sed Tertull

. deje -adulari.

jun.cap: 13 2. Supprimez la croix de JesusCHRIST, jettez un voile sur les Partie 1

F

« AnteriorContinuar »