Imágenes de páginas
PDF
EPUB

coinme

& s'étant assis , il leur dit : Quoique je fache An. 1160.

que j'ai comme empercur le pouvoir d'assem-
bler des conciles , principalement en un si grand
péril de l'église : je vous laille toutefois la décision
de cette affaire si importante. Dieu vous a donné
l'autorité de nous juger nous mêmes , & ce n’cst
pas à nous à vous juger en ce qui regarde Dicu.
Conduisez-vous donc en cette affaire
n'ayant à en rendre compte qu'à lui. L'empereur
aïant ainsi parlé , sortit du concile , qui étoit com-

posé d'environ cinquante tant archevêques qué6. 71. 72. vêques, & d'une grande multitude d'abbez & de

prevôts. Il y avoit aussi des envoyez du roi de France & du roi d'Angleterre & des deputcz de divers païs , qui promettoient que tout ce que

le Radev.c. 66. to. concile auroit décidé seroit reçû chez eux fans

difficulté.

Il y vint entre autres deux députcz du chapitre de S. Pierre de Rome : savoir , Pierre Chrétien doïen, & Pierre Gui soûdiacre & camerier de l'églife Romaine , porteurs d'une lettre de ce chapitre adressée à l'empereur & aux prélats du concile. Elle contenoit à peu près les mêmes faits

que

la lettre des cinq cardınaux du parti de Victor. Les chanoines convenoient qu’Octon diacre cardinal de S. George, & Adelbalde cardinal des saints apôtres avoient pris la chape , & s'étoient efforcez d'en revêtir le chancelier Roland : mais ils soûtenoient, que la plus saine & meilleure partie des cardinaux les en avoit empêchez & avoit élu Octavien. Ils disoient la plus saine partie, n'osant dire

2. conc. p. 1394.

la plus

la plus grande. Ils ajoûtoient que lors que l'on con

AN. 1160. duisoit Octavien au palais, le peuple avoit crié en Italien selon la coûtume: Papa Vittore, sancto Pietro lo eleggé. Ils faisoient dire au chancelier : Octavien ne m'a jamais dépouillé de la chape , parce que je n'en ai jamais été revêtu. Ils prétendoicnt qu'il n'avoit été revêtu de l'école & du pallium qu'à la Cisterne, douze jours après l'élection de Victor. Ils citoient pour témoins de ce qui s'étoit passé en cette occasion Otton comte Palatin, Gui comte de Blandrate, & le prevôt Hebert envoyez de l'empereur ; & finissoient en disant: Vous avez les deux glaives des apôtres, vous savez comment yous en devez user. Voulant dire qu'en ce concifc la puissance temporelle étoit jointe à la spirituelle.

Aprés qu'on eut agité pendant cinq jours la Radev. er 67 question des deux élections, le sixiéme on lut publiquement une espece d'information, qui commençoit ainfi : Voici les articles qui ont été prouvez dans le concile de Pavie sur l'élection du pape Victor. Le seigneur Octavien & non aucun

autre a été solemnellement revêtu de la chape , à Rome dans l'église S. Pierre , sur la demande du peuple du consentement & au defir du Clergé, & mis dans la chaire pontificale en presence du chancelier , & sans qu'il s'y opposât : les cardinaux & le clergé ont chanté le Te Deum , & on lui a donné le nom de Victor. Là le clergé & le peuple Romain est venu en foule à ses piés ; un secretaire étant monté fur un lieu élevé a crié suivant la coûtume : Ecoilgez citoïens Romains. Nôtre pere le pape Adrien S69. "; 37 Tome XV,

M

[ocr errors]

est mort le lundi , il faut lire le mardi ; & le samedi An. 1160. suivant le Seigneur Octavien cardinal de sainte Ce

cile a été élû pape , revêtu , intronisé & nommé
Victor. L'aprouvez-vous ? Le clergé & le peuple
a répondu à haute voix: Nous l'approuvons. Ce qui
a été repeté trois fois. Ensuite le

pape a été conduit
au palais, avec les banderolles & les autres mar-
ques de fa dignité & les acclamations de louanges.

Aussi-tôt le chapitre de S. Pierre est venu aux piés du pape Victor lui rendre obéissance. Et le lendemain les chefs du clergé de Rome ont été trouver le chancelier & les cardinaux qui étoient avec lui, pour savoir s'il avoit été revêtu de la chape , comme quelques-uns disoient. Ils ne lui ont trouvé aucune marque nouvelle de dignité ; & il leur a déclaré lui & les siens, que jamais il n'avoit été revêru &

que

c'étoit une calomnie. Ce que les chefs du clergé aïant oui , ils sont venus au piés du pape Victor & lui ont rendu obéissance. De tous ces faits sont témoins Pierre Chrétien doïcn de la basilique de S. Pierre & tous ses confreres , Blaise & Maniere, prêtres chefs du clergé de Rome, neuf. archiprêtres & quatre autres tant diacres que solldiacres. Ensuite on fait un long dénombrement de ceux qui ont obéï au pape Victor: savoir , le prieur & les chanoines de Latran, le clergé de sainte Marie Majeure , de plusicurs églises & monafteres au nombre de trente-quatre , & on ajoûte en general qu'il y en a beaucoup d'autres.

On raporte ensuite des dépositions de plusieurs témoins, entre lesquels sont deux prêtres de l'église

de S. Marc qui étoit le titre de Roland. Ces dépositions contiennent les mêmes faits & ajoûtent, An. 1160. que quelques-uns aïant voulu revêtir le chancelier de la chape , il les repoussa avecindignation disant: Vous ne me tournerez pas en ridicule: voilà le

pape , allez à lui. Qu'on l'avoit vû sortir de Rome fans chape, sans étole, sans cheval blanc, avec une aumuce noire & un manteau noir. L'aumuce étoit alors un habillement de tête ordinaire. Qu'on ne l'avoit revêtu de la chape qu'à la Cisterne. Que le pape Adrien avoit dit : Octavien que j'ai envoïé en Lombardie, veut excommunier les Milanois ; mais je leur ai mandé de ne se point soucier de lui & de résister vigoureusement à l'empereur ; & je suis convenu avec eux qu'ils empêcheront l'empereur de venir à Rome. Je suis aussi convenu avec les cardinaux, qu'Octavien ne sera point pape après ma mort. Que deux cardinaux avoient dit, qu'ils é,

ferment au chancelier Roland. C'est la substance des dépositions : mais la plûpart des témoins ne parlent que par oüi dire.

Après que l'affaire eut été examinée pendant sept jours , le concile prononça en faveur d'Octavien veur d'ođavica, qui étoit present, & avoit des défenseurs de sa cause , & condamna Roland par contumace , comme aïant refusé de se presenter au concile , où il avoit été cité legitimement. La sentence fut portée à l'empereur, qui la reçut avec respect & l'approuva: puis on appella Victor à l'église , où il fut reçû avec grande solemnité & reconnu pour pape. L'empereur lui rendit à la porte le respect accoû.

toient engagez par

XLII.

fa

Rad. c. 68.

C. 68.

C. 70.

tumé, comme Constantín à S. Silvestre , ce sont An. 1160. les paroles de l'historien : puis le prenant par la

main le ména jusques à son siége & l'intronisa.

On void encore plus de détail dans la lettre circulaire des présidens du concile. Ils disent que

la cause y a été traitée canoniquement, sans aucune intervention de jugement seculier ; & après avoir rapporté la substance de l'information , ils ajoûtent aux témoins qui y sont nommez , Pierre prefect de Rome , quatre autres qu'ils nomment & plusieurs qu'ils ne nomment pas, tous nobles Romains venus par ordre de l'empereur. Ils ont voulu jurer, dit la lettre : mais nous avons crû devoir en dispenser les laïques , aïant un témoignage suffisant de plufieurs prêtres

. Ensuite Herman évêque de Verdun, Daniel évêque de Prague , Orton comte Palatin & le prévót Hebert , que l'empereur avoit envoïcz à Rome pour citer les parties, par le conseil de vingtdeux évêques & des abbez de Cireaux & de Clairvaux : ont rendu témoignage qu'ils avoient cité le chancelier Roland & son parti par trois citations solemnelles , pour venir à Pavie se presenter au jugement de l'église ; & que Roland & fes cardinaux ont répondu de vive voix qu'ils ne vouloient se soûmettre ni au jugement ni à l'examen.

Ils ajoûtent que l'élection de Victor aïant été approuvée par le concile , l'a aussi été par l'empcreur après tout le clergé, puis par tous les scigneurs & par une multitude innombrable qui étoit presente. Ils continuënt : Le lendemain qui étoit le premier vendredi de Carême ; c'étoit en

« AnteriorContinuar »