Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAP. I. maux, nous empêchoient de nous

attacher à la vertu. JESUS-CHRIST en renonçant à ces biens dont l'amour nous affoiblissoit , les a dégradés & deshonorés, & nous les a rendu méprisables. Et en aceeptant les maux dont la crainte nous faifois abandonner la vérité & la justice, il les a vaincus pour lui & pour nous, & il a mis en poudre tous les obsta: cles qui nous retenoient. Omnia que habere cupientes non re&vivebamus carende vilia fecit. Omnia quæ vitare cupientes à studio deviabamus veritatis, perpetiendo dejecit. Tota vita ejus in terris, disciplina morum fuit.

[ocr errors]

Сняг, 1,

S. 11.

Description de l'état étoit l'uni

vers avant la Croix de JESUSCHRIST. Regne universel de l'idolatrie. Incertitude timidité parmi les philosophes sur les points les plus essentiels de la religion. La Croix a prouvé les vérités du salut , les a rendu populaires , & a inspiré le

courage de les défendre. 3. AVANT la Croix de JESUS-CHRIST dans quel état étoit l'univers ? Quel usage avoient fait les hommes du spectacle de la nature , & de l'admirable sagesse qui éclate dans tous les ouvrages du Créateur ? Le vrai Dieu avoit-il un temple dans toute la terre, excepté l'unique temple de Jérusalem La raison avoit - elle garanti quelque peuple de l'idolatrie , quoiqu'elle soit îi opposée à la loi naturelle ? Ceux qui faisoient profession d'une plus haute sagesle , n'avoientils pas converti en problèmes les vés

CHAT, 1. rités les plus constantes , & obscurci

par

leurs vains raisonnemens les anciennes traditions sur l'immortalité de l'ame, la résurrection des corps, les biens ou les maux préparés à la vertu ou au vice , que le simple peuple, malgré ses ténébres, conservoit plus religieusement que les philosophes ? Ceux d'entre eux à qui Dieu. avoit manifesté son unité, sa providence, & la justice, n'avoient-ils pas rerenu ces connoiffances dans le secret par une ingrate & timide lâche. té: Un seul d'entre eux s'est-il élevé contre l'impiété qui avoit substitué au Dieu vivant & véritable des idoles muertes , & des figures non seulement d'hommes, mais de bêtes & de reptiles? Un seul s'est-il abstenu

d'aller dans les temples , quoiqu'il Sebelas ha- n'approuvât pas dans son cæur le: bebant privar culte superstitieux qu'il autoriloit par semnunia

. s. sa présence & par fon exemple : L'uSocratcs, nique dont la religion fit mise à

l'épreuve, ne traita-t-il pas de calomniateurs ceux qui l'accusoient de

n'adorer pas les dieux que les Athé. Xenophon. niens adoroient ? Son Apologiste ,

qui étoit aussi fon disciple & son ami,

[ocr errors]

le défend - il autrement , qu'en as- CHAP. I, furant qu'il a toujours reconnu les mêmes divinités

que le peuple ? Et Platon lui-même n'est-il pas contraint d'avouer que ce lâche prevaricateur ordonna un sacrifice impie , quoiqu'il fût certain de mourir? Un petit Fragmen. extrait d'une lettre de Platon nous Platonis ad fait voir combien il craignoit de s'ex- Dion. pliquer sur la nature & l'unité de Dieu, & combien par conséquent il étoit éloigné de lui rendre graces , de le confeffer devant les hommes, & de s'exposer au moindre danger en lui rendant témoignage. Les actions honteales qu'on attribuoit aux faux Dieux, le faisoient rougir ; mais il fé contentoir de dire , ou qu'ils n'é. toient pas coupables de ces crimes, s'ils étoient Dieux , ou qu'ils n'étoient pas Dieux, s'ils les avoient "epublic. libe commis : fans ofer dire qu'il n'y avoic: qa'un seul Dieu , & fans avoir le courage de s'élever contre le culte public fondé sur les crimes mêmes dont il avoit honte.

2. Quelle apparence y avoit - il qu’on pût jamais détromper des hommes charnels., grolliers, prévenus, a

Plato de

3:

C# Ap. I. attachés à un culte qui favorisoit tou

tes leurs passions, & qui justifioit tous leurs vices, qu'on pût leur persuader des vérités aussi sublimes que celles qui sont le fondement de la religion chrétienne ; qu'on pût les rendre capables d'un culte intérieur & fpirituel , où les sens ne comprennent rien, & dont la cupidité est ennemie ? Et qui, s'il avoit été consulté sur le choix des moyens pour réussir à ce grand ouvrage , auroit pensé à la Croix & aux opprobres dont elle étoit couverte ?

3. Cependant c'est de cette Croix qu'est venuë toute la lumiere & toute la sagesfe des nations. C'est en y voiant le Fils de Dieu attaché, qu'elles ont connu la vanité de l'idolatrie ; l'unité de l'eslence divine dans des personnes distinctes; la corruption générale de la nature humaine, dont l'origine est infectée ; le besoin qu'avoient les hommes d'un médiateur ; l'impuifsance où ils étoient de retourner à Dieu par leurs seuls efforts, ou par des moyens qui ne

réformassent pas leurs volontés ; la nécellité de vivre sous les yeux de Dieu , &

« AnteriorContinuar »