Imágenes de páginas
PDF
EPUB

il a une entiere confiance en moi. Léonor si vivement poussée par la Duégne, & pressée en secret par son amour , ne put rélifter plus long-temps , elle consentit à ce qu'on lui proposoit.

Le Comte en fut bien-tôt inforiné. Il en eut tant de joie qu'il donna sur le champ à son agente cinq cens pistoles avec une bague de pareille valeur. La Dame Marcelle voiant qu'il tenoit si bien fa parole, ne voulut pas être moins exacte à tenir la sienne. Dès la nuit suivante , quand elle jugea que

tout le monde reposoit au logis , elle attacha à un halcon une échelle de foie

que

le Comte lui avoit donnée, & fit entrer par-là ce Seigneur dans l'appartement de fa maîtrelle.

Cependant, cette jeune personne s'abandonnoit à des réféxions qui l'agitoient vivement. Quelque penchant qu'elle eût pour Belflor, Tome I,

H

[ocr errors][ocr errors]

& malgré tout ce que pouvoit lui dire fa Gouvernante , elle se reprochoit d'avoir eu la facilité de consentir à une visite qui blessoit son devoir. La pureté de ses intentions ne la rassuroit point. Recevoir la nuit dans la chambre un homme, qui n'avoit pas l'aveu de son pere, & dont elle ignoroit même les véritables sentimens, lui paroissoir une démarche nonfeulement criminelle, mais digne encore des mépris de son amant. Cette derniere pensée faisoit sa plus grande peine, & elle en étoit fort occupée, lorsque le Comte

Il se jetta d'abord à ses genoux, pour la remercier de la faveur qu'elle lui faisoit. Il parut pénétré d'amour & de reconnoissance, & il l'assura qu'il étoit dans le dessein de l'épouser ; neanmoins comme il ne s'étendoit pas làdeffus autant qu'elle l'auroit four

entra.

haité : Comte, lui dit-elle, je veux bien croire , que vous n'avez pas d'autres vûës que celles-là; mais quelques assurances que vous m'en puissiez donner , elles me seront toûjours suspectes,jusqu'à ce qu'elles soient autorisées du consentement de mon pere. Madame, répondit Belfior, il y a long-temps que je l'aurois demande , fi

je n'euffe

pas

craint de l'obtenir aux dépens de votre repos. Je ne vous reproche point de n'avoir pas encore fait cette démarche , reprit Léonor; j'approuve même sur cela votre délicatesse;mais rien ne vous retient plus , & il faut que vous parliez au plutôt à Don Luis; ou bien résolvez-vous à ne me revoir jamais.

Hé! pourquoi, répliqua-t-il, ne vous verrois-je plus, belle Léo, nor? que vous êtes peu sensible aux douceurs de l'amour! Si vous sçaviez aussi-bien aimer que moi,

[ocr errors]

que des

vous vous feriez un plaisir de re cevoir secrettement mes soins, & d'en dérober, du moins pour quelque temps, la connoiffance à votre pere. Que ce cominerce mistérieux à de charmes pour deux cours étroitement liés! Il en pourroit avoir pour vous, dit Léonor; mais il n'auroit

pour

inoi peines. Ce rafinement de tendreffe ne convient point à une fille qui a de la vertu. Ne me vantez plus les délices de ce commerce coulpable. Si vous m'estimiez, vous ne me l'auriez pas proposé ; & fi vos intentions sont telles que vous voulez me le persuader, vous devez au fond de votre ame me reprocher de ne m'en être pas offensée. Mais , helas ! ajouta-t-elle, en laisfant échaper quelques pleurs, c'est

ma seule foiblesse que je dois imputer cet ouvrage; je m'en suis rendu digne en faisant ce que je fais pour vous

Adorable Léonor , s'écria le Comte , c'est vous qui me faites une mortelle injure! Votre vertu trop scrupuleuse prend de fausses alarmes. Quoi ! parce que j'ai été assez heureux pour vous rendre fa. vorable à mon amour, vous craignez que je ne cesse de vous estimer? Quelle injustice! Non, Max dame, je connois tout le prix de vos bontés. Elles ne peuvent vous ôter mon estime, & je suis prêt à faire ce que vous exigez de moi. Je parlerai dès demain au Seigneur Don Luis. Je ferai tout mon possible pour qu'il consente à mon bonheur; mais je ne vous le cele point, j'y vois peu d'apparenee. Que dites-vous, reprit Léonor , avec une extrême surprises mon pere pourra-t-il ne pas agréer la recherche d'un homme qui tient le rang que vous tenez à la Cour? Eh! c'est ce même rang, repartit Belflor, qui me fait crain:

« AnteriorContinuar »