Imágenes de páginas
PDF
EPUB

les. A Beryte elle convertit plusieurs femmes An. 498. idolâtres, puis étant venuë à C.P. elle y attira

quelques étrangeres qu'elle gouvernoit. L'Imperatrice Verine femme de Leon la prit en affection, admirant particulierement fon desinteressement. Une dame très-riche lui donna ensuite de quoi bâtir un grand Monastere. Sainte Matrone vécut cent ans, dont elle ne paffa que vingtcinq dans le monde.

Le Patrice Festus étant à C.P. demanda que

l'on y celebrât avec plus de solemnité qu'auparaTheod. le&. vant la fête de faint Pierre & de faint Paul, & il kib.2...560. l'obtint. Macedonius Patriarche de C.P. voulut

envoier par Feftus ses lettres fynodales au Pape Anastase, mais l'Empereur l’en empêcha. On dit même que Feftus convint secretement avec l'Empereur, de persuader au Pape de souscrire à l'henotique de Zenon. Mais quand il revint à Rome, il trouva que le Pape Anastase étoit mort

le seiziéme de Novembre 498. aiant tenu le saint Lib. pontif. Siege quelques jours moins de deux ans : en

une ordination au mois de Decembre, il avoit ordonné douze Prêtres, & d'ailleurs seize Evêques. Il avoit orné de 80. livres d'argent la con

fession de saint Laurent. XLVIII. On éleut pour son successeur le Diacre SymSymma- maque, fils de Fortunat & natif de Sardaigne; que Pape, mais le Patrice Festus voulant parvenir à fon but Schisme de Laurenc.

de faire souscrire l'henotique, gagna par argent Theod. ibid. plusieurs personnes, & fit élire en même tems

l'Archiprêtre Laurent. Ils furent tous deux ordonnez en même jour. Symmaque dans la Basilique de Constantin, aiant pour lui le plus grand nombre : Laurent dans la Basilique de fainte

Marie. Le plus illustre de fon parti fut le Diacre Greg. IV. Pafcafe, homme de grande vertu , recommandable

le soin des pauvres, & le mépris de luimême. Il demeura jusqu'à la mort attaché au

1

dial... 40.

par

An. 499.

va

parti de Laurent, & laissa deux livres sur la divinité du Saint-Esprit que nous avons.

Pour terminer le schisme, on convint que les Bibl.PP. deux contendans iroient à Ravenne subir le ju- Parif. 10.8. gement du Roi Theodoric, tout Arien qu'il étoit. Po 218. îl decida que celui-là demeureroit dans le faint Siege, qui avoit été ordonné le premier, ou qui avoit pour lui le plus grand nombre. Il se trou

quc c'étoit Symmaque, ainsi il fut reconnu pour Pape legitime, & tint le faint Siege plus de quinze ans. Au commencement de fon Pon- To.4.conta tificat, le premier jour de Mars après le Confu- p.1312, lat de Paulin; c'est-à-dire en 499. il assembla à Rome un Concile de soixante & douze Evêques dans la Basilique de faint Pierre, & y prelida.

L'Archidiacre Fulgence ouvrit l'action, & dit: Vôtre Sainteté aiant envoie des ordres par les provinces, a assemblé ce nombreux concile des Evêques d'Italie : reglez maintenant ce qui regarde la seureté & la paix de l'Eglise. Tous les Evêques & les Prêtres s'écrierent: Jesus-Christ exaucez-nous; vive Symmaque, nous vous prions de le faire, ce qu'ils repeterent dix fois. Le Pape dit : Je vous ai assemblez, malgré la rigueur de l'hiver; pour chercher les moiens les plus puisfants, de retrancher les brigues des Evêques, & les tumultes populaires, comme on en a excité à mon ordination. Voions donc ce que l'on doit observer touchant l'ordination de l'Evêque de Rome. Tous les Evêques & les Prêtres dirent: Nous prions" qu'on le fasse : qu’on retranche les fcandales, qu'on éteigne les brigues. Après ces acclamations repetées plusieurs fois, le Pape fit lire par le Notaire Emilien les Decrets du Concile.

Le premier porte : Si quelque Prêtre, Diacre ou Clerc du vivant du Pape, & fans sa participation ose donner la souscription, promettre son

fuffra

Y

suffrage par billet ou par ferment, ou deliberet sur ce sujet, en quelque assemblée particuliere: qu'il soit déposé ou excommunié. Le second: Ŝi le Pape meurt subitement sans avoir pû pourvoir à l'élection de son successeur , celui-là sera consacré Evêque, qui aura les suffrages de tout le Clergé, ou du plus grand nombre. Le troisiéme : Si quelqu'un découvre les brigues que nous venons de condamner, & les prouve : non seulement il sera abfouss'il est cumplice, mais encore récompensé. Le Concile témoigna son con

sentement par plusieurs acclamations : soixante & treize Evêques souscrivirent en comptant le Pape , dont la souscription eft en ces termes: Celius Symmaque , Evêque de la sainte Eglise catholique de la ville de Rome ; j'ai souscrit à ces decrets fynodaux, que j'ai approuvez; puis Rustique Evêque de Minturne, Boniface de Velitre, Misene de Cume, & les autres apparemment, suivant le rang de leur ordonnation. Ensuite soixante & fept Prêtres, dont le premier est Celius Laurent Archiprêtre du titre de fainte

Praxede , le même qui avoit été élû Antipape, Theod.leat. & qui depuis fut fait Evêque de Nocera : enfin libo pontif. il y a les souscriptions de cinq Diacres. XLIX. Peu de tems après quelques-uns du Clergé de Symma: Rome, & quelques Senateurs, principalement que accusé

Feftus & Probin, accuserent le Pape SymmaTheodoric. que,

de crimes horribles ; & subornerent des faux témoins, qu'ils envoierent à Ravenne au Roi Theodorie. En même tems ils rappellerent secretement Laurent & renouvellerent le fchifme. Car une partie du Clergé communiquoit à Symmaque, une partie à Laurent. Festus & Probin demanderent au Roi qu'il envoiât à Rome un Evêque visiteur , comme on avoit accoûtu

mé aux Eglises vacantes. Le Roi Theodoric y 107. p. 342. envoia Pierre Evêque d'Altino , avec ordre ex

devant

Ennod apo

ct. Sorm,

près

près quand il seroit arrivé à Rome d'aller d'abord i la basilique de faint Pierre, d'y faluer le Pape Symmaque, & de lui demander les esclaves, que Pon pretendoit produire pour témoins contre lui: afin qu'ils fussent interrogez par les Evêques, i mais fans les mettre à la question. L'Evêque p. 343: d'Altino n'observa point cet ordre, .& fans aller à faint Pierre , il se joignit aux Schismatiques. Les Catholiques de leur côté furent indignez, que

l'on eût envoie à Rome un Evêque vititeur: pretendant que c'étoit contre l'usage & les canons. Ce fut peut-être ce qui détermina le Roi Theo

L. doric, à venir alors à Rome où il étoit fort sou- Concile haité; car fa presence étoit de grand poids pour

de Palme, fa tranquillité du Concile , qui devoit juger le Pape Symmaque. Quoi qu'il en soit, il y vint, sous le consulat de Patrice & d'Hypatius ; c'està-dire, l'an 5oo. Mais le Concile ne se tint que l'année suivante 501. sous le consulat de Pom- An. 501. pée & de Faustus Avienus, qui tenoit le parti du Caffiod. Chr. Pape Symmaque, & de la bonne cause. Il avoit lib.pontif. déja été Consul l'an 490. & descendoit de l'illu- Ennedot. stre famille des Scipions. (Les Evêques de Ligu- epift.se rie , d'Emilie & de Venetie allant au Concile, pafferent à Ravenne qui se trouvoit sur leur chemin , & virent le Roi qui y étoit retourné. Ils lui demanderent pourquoi il avoit voulu qu'ils s'assemblaffent; & il leur répondit : que c'étoit pour examiner les crimes dont on accusoit le Pape Symmaque. Les Evêques dirent, que le Papelui-même devoit convoquer le concile : que le faint Siege avoit ce droit, & par fa primauté tirée de saint Pierre, &

par

l'autorité des conciles; & qu'il n'y avoit point d'exemple, qu'il eût été soumis au jugement de ses inferieurs. Le Roi dit, que le Pape avoit consenti à la convocation du concile, & leur fit donner les lettres qu'il en

avoit écrites. Les Evêques d'Italie étant arrivez An. 501. à Rome s'abstinrent de voir le Pape Symmaque,

pour ne se pas rendre suspects ; mais ils firent toûjours mention de lui au faint Sacrifice, pour montrer qu'ils étoient en fa communion. On marque en particulier Laurent de Milan, & Pierre de Ravenne, qui en uferent ainsi : parce que la dignité de leurs Sieges les mettoit à la tête de tous les autres.

Le Concile s'assembla d'abord dans la basilique de Jule au mois de Juillet. Là les Evêques qui avoient paslé par Ravenne, firent le rapport de ce qu'ils avoient dit au Roi. Ensuite comme ils vouloient commencer à traiter l'affaire principale , le Pape Symmaque entra dans l'Eglise , témoigna la reconnoiffance vers le Roi pour la convocation du concile , & déclara qu'il l'avoit desiré lui-même. Ainsi les Evêques n'eurent plus aucune peine sur ce sujet. Mais le Pape demanda avant toutes choses, que l'on fît retirer le visiteur : qui avoit été demandé contre les regles, par une partie du clergé, & par quelques laïques ;

& qu'on lui restituât tout ce qu'il avoit perdu. P.1324. Après quoi il répondroit aux accusations, fi on

le jugeoit à propos. Le plus grand nombre des Evêques trouva la demande juste : toutefois le Concile n'osa rien ordonner, fans consulter le Roi, dont la réponse ne fut pas favorable. Car il ordonna que le Pape Symmaque répondroit à ses accusateurs, avant la restitution de son patrimoine, & des Eglises qu'on lui avoit ôtées; & le Pape ne contesta pas d'avantage sur ce point.

Ensuite le Concile s'assembla le premier de Septembre à l'Eglise de la fainte Croix de Jerufalem , autrement la basilique du palais de Sessorius. Quelques Evêques furent d'avis de recevoir le libelle des accusateurs. Mais on y trouva deux défauts : l'un, qu'ils difoient que les crimes de

Symmaque

« AnteriorContinuar »