Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

d'Appius. Outre ces chefs d'accusation, un soldat veteran se plaignit que sans lui en avoir donné sujet , il lui avoit fait déchirer le dos, à coups de fouet par ses satellites. Ce Decemyir se vit condamné par tous les suffrages du peuple; on le jetta en prison, & Denis d’Halycarnasse rapporte qu'il y fut exécuté le même jour. Les huit autres Decemvirs chercherent leur salut dans la fuite, & fe bannirent eux-mêmes. Leurs biens furent confisquez; on les vendit publiquement, & le prix en fur porté par les Questeurs dans le Trefor public. Marcus Claudius, l'inftrument dont Appius s'étoit servi pour se rendre maître de la personne de Virginie, fut condamné à mort. Mais il eut des amis qui obtinrent de Virginius, qu'il se contentât de son exil. C'est ainsi

que fut vangé le sang innocent de l'infortunée Virginie, dont la mort, comme celle de Lucrece, procura une seconde fois la liberté au Peuple Romain.

Quoique la punition des Decemvirs parût juste , le Senat ne laissoit pas d'être consterné de la mort ou Tome II,

Ε

de l'exil des principaux de son corps. Il étoit surtout indigné contre les deux Consuls qui les avoient abandonnez au ressentiment de Virginius, sans avoir fait la moindre de monstration de vouloir adoucir le peuple en leur faveur. On ne sçavoit plus même quelles bornes les Tribuns unis si étroitement avec les deux Consuls, mettroient à leur vangeance: Il sembloit que ce fuffent de nouveaux Decemvirs, prêts à rétablir leur tyrannie. Duillius qui étoit de ce College, mais plus mo

deré, dislipa la crainte du Senat: » Enfin, dit-il en pleine assemblée, » on en a assez fait pour la satisfaction » de Virginius, & pour le rétabliffesi ment de notre liberté. L'EMPESCHE » que pendant le reste de l'année on

appelle quelqu'un en Jugement >> pour cette affaire, ni qu’on le mette » en prison.Ce mot si respectable dans la bouche d'un Tribun, Je l'empêche, arrêta toutes les poursuites de fes Collegues, & réprima leur violence.

[ocr errors]
[ocr errors]

Fin du Livre cinquiéme.

99

es

HISTOIRE
DES REVOLUTIONS

ARRIV E'ES

DANS LE GOUVERNEMENT

DE LA

REPUBLIQUE ROMAINE.

LI V RE V I.
Les Confuls Valerius e Horatinis oba

tiennent du peuple l'honneur du triom-
phe que le Senat leur avoit refusé.
Les Tribuns veulent se faire contin
nuer dans le Tribunat. Un d'entr'eux
empêche l'execution de leur def-in.
On voit pour la premiere fois deux
Patriciens au nombre des Tribuns.
Les Eques et les Volsques à la fa-
veur des divisions qui regnent dans

7

Rome viennent piller jusqu'aux portes de cette Ville. Ils sont taillez en pieces ou mis en fuite par les Consuls Quintius e Agrippa , I ribuns militaires. Etablissement de la Censure. Sp. Melius aspire à l'autorité souveraine. Dans une disette publique il gagne le petit peuple par des distributions de bled toutes gratuites, á quelques-uns de fes Tribuns par argent. Il fait porter de nuit dans sa maison une grande quantité d'armes. Ses desseins font découverts. Ayant refusé de comparoître devant le DitateurQuintins, il est tuéparServilius maitre de la Cavalerie , au milieu d'une troupe de ses partisans qu'il Sollicitoit à la revoltë. Mamercus Emilius étant Diętateur , requiert qu'on fasse une Loi qui restraigne la. Charge de Censeur à un an demi. C. Furius @ M. Geganius les Censeurs de cette année , s'en vangent sur le Dietateur qu'ils tâchent de deshomorer. Le peuple se déclare pour lui. Les Consuls T. Quintius e C. Julius Mento font batus par les Eques e par les Volsques. Le Senat a recours aux Tribuns du peuple pour les obliger à nommer un Dictateur. C,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Sempronius Atratinus expose l'Armée Romaine à être taillée en pieces. Un Officier de Cavalerie appelle Tempanius , secourt le Consul à propos, empêche la déroute. Tempanius de retour à Rome est élevé au Tribunat. Il prend ouvertement la défense de Sempronius, dengage Son accusateur à se défifter de l'action qu'il avoit intentée contre lui. Neanmoins peu de tems après, ce Consulaire est condamné à une grosse amende par la brigue de quelques Tribuns du peuple , piquez de ce que dans l'éa lection des Questeurs dont on avoit augmenté le nombre, les Patriciens avoient été préferez aux Plebeiense Les Eques surprennent la Ville de Voles. Pofthumius est chargé de les en chaljer. Il manque de parale à ses fola dats, à qui il avoit promis le pillage de la place dès qu'ils s'en seroient rens dus maitres. Pour les dédommager, un Tribun du peuple demande qu'on établisse à Voles une Colonie composée de ceux mêmes qui avoient contribué à reprendre la Ville. Paroles hautaines de Pofthumius. Il est rué par ses propres foldats. Questeurs Plebeiens.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »