Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ne

[ocr errors]

dans l'Histoire que j'ai l'honneur de vous presenter , je crois qu'on en trouvera peu, qui , comme le second Scipion, se soient autant distinguez par leur amour pour-les Sciences , que par leur valeur leur capacité dans le mêtier de la guerre. Person

dit Velleius Paterculus, n'étoit plus capable que

non seulement liberalium, de bien juger des Ouvra

ges de Litterature, mais mitator fuit, encore d’en composer d'exPanetium." cellents. Il avoit en tout lentes inge- tems auprès de lui Polybe dom miliriz. & Panætius , deux des plus habuerit. Ne- fçavans & des plus habiles quifquam Hommes de leur . Siecle. elegantùs Son loisir même étoit la

-... Scipio Scipion

tam elegans

[ocr errors]

omnisque do&trinæ &

negotiorum otio difpunxit : semper que aut belli,

[ocr errors]

ܪ

borieux, & on n'a jamais fçu si bien remplir par les agrémens des belles Let- viie partibus : tres, le vuide que laissent tu dia verlas les affaires. Il s'appliquoit pus periculis: continuellement aux fon- disciplinis ctions de la Guerre ou de Vell

. Palerc

. la Paix ; & tantôt parmi les Armes , tantôt parmi les Livres , il exerçoit son corps par les travaux militaires, ou son esprit par l'Etude.

J'espere , MONSEIGNEUR, que

le Public n'aura pas beaucoup de peine à faire l'application du portrait d'un Ancien Capitaine à un Moderne : ils se ressem blent trop , em trop peu de

gens leur ressemblent. J'ai l'honneur d'être avec un profond respect,

MONSEIGNEUR,

Vorre très humble & très obéissant Serviteur,

L. DE VER TOT.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Des fondemens de la République Romaine ; des principales

causes de la décadence.

'AMOUR de la liberté

a été le premier objet The des Romains dans l'établissement de la République , & la cause ou le prétexte des Révolutions dont nous entreprenons d'écrire l'histoire. Ce fut cet amour de la liberté qui fic proscrire la Royauté , qui diminua l'autorité du Consulat , & qui en suspendir le titre en differentes occasions. Le pèu. ple même , pour balancer la puissance des Confuls, voulut

avoir des Protecteurs particuliers tirez de fon Corps : & ces Magistrats Plebeiens, sous prétexte de veiller à la conservation de la liberté s'érigerent insensiblement en Tuteurs des Loix , & en Inspecteurs du Se. nat & de la Noblesse.

Ces Inquisiteurs d'Etat tenoient en refpe&t les Consuls même & les Generaux. On verra dans la suite de cette histoire, qu'ils les obligeoient souvent, quand ils étoient sortis de Charge , de venir rendre compte devant l'Affemblée du Peuple , de leur administration, & du Luccès de leurs armes. Ce n'étoit

pas

affez cre, l'éclat des plus grandes victoires ne mettoit point à couvert de leurs recherches le General qui n'avoit pas

aflez ménagé la vie de les soldats , ou qui pendant la

campagne

les avoit traitez avec trop de hau

que de vain

« AnteriorContinuar »