Imágenes de páginas
PDF
EPUB

timens, la richesle de leurs habits, les pierreries dont ils se paroient, ce nombre prodigieux d'Esclaves ,'d'Affranchis, & de Clients dont ils étoient enyironnez en tout tems, & furtout la dépense & la profusion de leurs tables.

Dans le tems même de la

République, ils n'étoient point Panegyr contens, dit Pacatus , fi au miTh. Aug. lieu de l'hyver les roses ne nâ

geoient sur le vin de Falerne qu'on leur presentoit; & fi dans l'Eté on ne l'avoit fait rafraî. chir dans des yases d'or. Ils n'e. ftimoient les festins que par le prix des mets qu'on y seryoit. Il falloit au travers des perils de la mer leur aller chercher les oiseaux du Phafe; & pour comble de corruption, on commença après la conquête de l'Asie à introduire dans ces festins des Chanteuses & des Baladines,

Les Controv.l,

Les jeunes gens en faisoient l'objet de leurs ridicules affections. Ils se frisoient comme elles ; ils affectoient même d'imiter le fon de leur voix , & leur démarche lascive ; ils ne dués que par leur moleniePer lâcheté. Capillum frangere , & Sen. Rhet. ad muliebres blanditias vocem extenuare , mollitie corporis certare cum fæminis,& immundisimis se excolere munditiis , noftrorum adolefcentium specimen eft.

Aussi Jules Cesar qui connoisloit la fausse délicatesse de cette jeunesse effeminée , ordonna à ses Soldats dans la bataille de Pharfale , au lieu de lancer de loin leurs ja velots, de les porter droit au visage : Mi- Fl. 1. 4. C.S les, faciem feri. Et il arriva, comme ce grand homme l'avoit prévû, que

ces jeunes-gens idolâtres de leur beauté, se tournerent en fuite , de peur de

b

pour la-li

s'exposer à être défigurez par des blessures & des cicatrices.

Quelle ressource berté ! ou pour mieux dire, quel augure d'une servitude prochaine ! Il n'en falloit point d'autre que de voir un Etat où la valeur éroit moins considerée que

le luxe ; où le pauvre Officier languissoit dans les honneurs obscurs d'une Legion,pendant que les Grands tâchoient de couyrir leur lâcheté, & d'é blouir le public par la magnificence de leur train,&par l'éclat de leur dépense.

Sævior armis Luxuria incubuit , victumque ulciscitur

orbem. Un luxe aufli general eut bien-tôt consumé les biens des particuliers. Pour fournir à une dépense fi excessive, après avoir vendu ses maisons & les terres, on vendit

par d'indignes adoptions & par des alliances hon

Lucan

teuses le sang illustre de ses Ancêtres : & quand on n'eut plus rien à vendre, on trafiqua de sa liberté. Le Magistrat comme le fimple Citoyen , l'Officier & le Soldat porterent leur servi. tude où ils crurent trouver leur interêt. Les Légions de la République devinrent les Légions des Grands & des Chefs de parti: & pour attacher le Soldat à leur fortune , ils dissimuloient ses brigandages , & negligeoient la discipline militaire, à laquelle leurs Ancêtres devoient leurs conquêtes , & la gloire de la République.

Le luxe & la moleffe étoient passez de la Ville jusques dans le Camp. On voyoit une foule de Valets & d'Esclaves , avec tout l'attirail de la volupté, suiyre l'armée comme une autre armée. Cesar après avoir forcé le

camp de Pompée dans les plaines de Pharsale,

[ocr errors]

y trouya

[ocr errors]

les tables dressées comme pour De bel. des festins. Les buffets , dit-il,

plioient sous le poid des vases d'or & d'argent ; les tentes étoient accommodées de gazöns verds ; & quelques-unes, comme celle de Lentulus, pour conserver le frais, étoient ombragées de rameaux & de lierre. En un mot, il vit du côté qu'il força , le luxe & la debauche ; & dans l'endroit où on se bata

toit encore, le meurtre & le Tacit. carnage: Alibi pralia vulnera,

alibi popine, fimul cruor & strues corporum , juxta scorta & fcortis fimile.

Après cela , faut-il s'éronner si des hommes qui recherchoient les voluptez , au milieu niême des périls, & qui ne s'exposoient aux périls que pour pouvoir fournir à leurs plaisirs, ayent vû ensevelir leur liberté dans les champs de Pharsale? Au lieu que tant que cette li

« AnteriorContinuar »