Imágenes de páginas
PDF
EPUB

నడకటకటితటపటలుకటే తటపడతడు

F A B L E

VII.

La Chévre Em le Mouton.
UN fait que parmi nous on crốit presqu'impoffi-

ble,
Je l'ai vu dans deux animaux.
L'homme y devroit être sensible,

Il diminuroit ses défauts,
S'il se l'approprioit ; il est de son domaine :

Voici le fait en peu de mots.
Une Chévre, un Monton au bois comme à la plaint

Ne se quittoient pas un moment.

Je voulus en sçavoir la cause,
Je les interrogeai. La Chévre ingénument

Me dit , ah ! sur fi peu de chose
Il faut te contenter. Le Mouton que tu rois

Dans une grande maladie
Etoit réduit presqu'aux abois :

Moi, pour lui racheter la vie,
J'employai tous mes soins ; & c'eft-là le lien

Qui nous unit d'intelligence. Comment , lui dis-je, après avoir reçu tel biex

Il n'évite pas ta présence ?
Que t'a-t-il donc rendu? Rien.
0, la rare reconnoiffance

[ocr errors][merged small]

Le Papillon & l'Araignée,
Pour suppléer aux besoins de la vie
Une Araignée aflidument filcit :
Un Papillon la taxoit de folie

En lui disant qu'il suffisoit
D'avoir chaque jour sa pitance,

Et que demain

Améneroit son pain :
Accumuler est une extravagance ,
Jouissons du présent, cela seul est certain ;

L'avenir peut ne jamais étre,
A quoi bon tant se tourmenter?

Le Papillon parloit en maître ;
Mais je ne sçais si l'on doit l'imiter,

[ocr errors]

.74

FABLES NOUVELLES.

EPILOGU E.

Muse , il faut t'arrêter ici,
Peut-être y borner la carriére.
Plaire est ton unique souci;
Mais la Fable est une matiere
Un peu difficile à traiter.
Tu trouveras plus d'un Critique,
Il

Bien souvent un esprit caustique
Cenfurant nos défauts, ranime nos talens
Alors nous devenons sages à nos dépens.

ne faut

pas te rebuter.

[merged small][ocr errors]

A'i lű, par ordre de Monseigneur le Chan

, velles, j'ai crû qu'on pouvoit en permettre l'impreffion. A Paris ce 8 Octobre 1748.

DAYLES.

[ocr errors]

L de

tre,

PRIVILEGE DU ROI.

, par la grace de Dieu , Roi de France & Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôrel, Grand-Conseil, Prevôt de Paris , Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils & autres nos Justiciers qu'il appartiendra; SALUT: Notre amé FRANÇOIS DELAGUETTE, Imprimeur Libraire à Paris, Nous a fait exposer qu'il désireroic imprimer & donner au Public un Ouvrage qui a pour ti

Fables Nouvelles. S'il nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Permission pour ce nécessaires : A CES CAUSES, voulant favorablement traiter l'Exposant Nous lui avons permis & permettons par ces Presentes d'imprimer leditOuvrage en un ou plusieurs volumes,& autant de fois que bon lui semblera , & de le vendre, faire vendre & débiter par tout notre Royaume, pendant le teins de trois années consécutives, à comprer du jour de la date des Présentes ; faisons défenses à tous Imprimeurs, Libraires , & autres personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient d'en introduire d'impression étrangere dans aucun lieu de notre obéissance : à la charge que ces Présentes seront enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris, dans trois mois de la date d'icelles, que l'impression dudit Ouvrage fera faite dans notre Royaume & non ailleurs , en bon papier & beaux caracteres , conformément à la feuille imprimée attachée pour modèle sous le contre-ícel des Présentes, que l'Impécrant se conformera en tout aux Réglemens de la Librairie , & notamment à celui da 70 Avril 1725. qu'avant de l'exposer en vente, le Manuscrit qui aura servi de copie à l'impression dudit Ouvrage sera remis dans le même état où l'approbation y aura été donnée, és mains de notre très cher & féal Chevalier Chancelier de France, le sieur Delamoignon, & qu'il en lera ensuite remis deux Exemplaires dans notre-Bibliothèque publique , un dans celle de notre Château du Louvre, un dans celle de notre très. cher & féal Chevalier Chancelier de France le sieur Delamoignon, & un dans celle de notre très cher & féal Che. valier Garde des Sceaux de France le sieur de Machault, Commandeur de nos Ordres. Le tout à peine de nullité des Présentes;Du contenu desquelles Vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit Exposant & fes ayans causes, pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement ; Vouluns qu'à la copie des Présentes , qui sera imprimée cour au long au commencement ou à la fin dudit Ouvrage, foi soir ajourée comme à l’Original: Commandons au premier notre Huislier ou Sergent , sur ce requis, de faire pour l'exécution d'icelles tous actes requis & nécessaires , fans demander autre permission , & nonobstant clameur de Haro , Charte Normande, & Lettres à ce contraires : Car tel est notre plaisir. Donné à Versailles le vingt-quatriéme jour du mois de Mars l'an de grace milsepr cent cinquante-un, &c de notre Régne le trente-sixième. PAR LE ROI EN SON CONSEIL , SAINSON.

Registré sur le Registre XII. de la Chambre Royale des Libraires & Imprimeurs de Paris, No. 574. Fol. 449. conformément aux anciens Réglemens , confirmés par celui du 28 Février 1723. A Paris ce 2 Avril 17516

Signé, LE GRAS, Syndic,

« AnteriorContinuar »