Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Sur les bandes Germaniques
On les vit fondre tous deux,

Qu'apperçoi-je ? Dans la foule ,
D'un plomb a l'un d'eux est percé.
Ce n'est qu'à fon sang, qui coule ,
Qu'on connoît qu'il est blessé.
Il ne fent rien que la gloire,
Que lui promet la Victoire ;
Et plus ardent à courir,
Ou la mort est la plus seure,
C'est en vangeant fa blessure,
Qu'il commence à la guerir.

OF
C'en est fait , Ligue , & ta perte
S'augmente par tes efforts.
Je voi la plaine couverte
Des ciens, ou fuians , ou morts.
Le débris de tes cohortes,
Dc Turin

les

[ocr errors]
[ocr errors]

gagnant

portes, Y rejoint ses Chefs tremblans. J'en voi d'autres , qui fans armes, N'opposent plus que des larmes Au bras des Vainqueurs sanglans.

a Mr le Grand Prieur.

[ocr errors]

35
Où sont ces peuples fi braves,
Dont les nombreux escadrons,
Des Anglois & des Bataves
Devoient vanger les affronts ?
Où sont ces Chefs fi terribles ,
Qui , loin de nous , invincibles,
Par mépris , & comme un jeu,
Vouloient a montrer à leurs Bellcs
La mort sur nos Citadelles
Tombant en globes de feu ?

a ils avoient invité les Dames de Turin an bombardement de Pignerol.

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

A l'occasion d'une Comedie qu'elle composa,

ó qu'elle fit representer secrettement par des Dames de la Cour , elle-même y joñant

le personnage d'une Esclave. Pourquoi , belle Princeffe, envier à nos yeur De vôtre esprit divin les efforts glorieux ? Dans le fond d'un palais, loin de nous, renfermée, Vous esperez en vain cromper la Renommée, En vain vous écartez la foule des témoins D'un spectacle galant préparé par vos soins, Malgré vous , la Déesse invisible & presente Vous a vûë, au milieu d'une troupe charmante, Et d'un geste & d'un ton par les Graces dictez De vôtre propre ouvrage animer les beautez. Quelle fut sa surprise ! Et quel plaisir pour elle D'en aller aux neuf Sæurs apprendre la nouvelle !

On sait, Muses , dit-elle, on sait que mille fois

[ocr errors]

S'il

De

On

La v

[ocr errors]

Leur

Ainsi

Du nom de VIOLANTE ont retenti vos bois.
Sa beauté, son esprit ne peut plus vous surprendre:
Mais qui peut concevoir ce que je viens d'entendre ?

Souvent, de la Nature empruntant les couleurs ,
De feintes passions nous ont tiré des pleurs :
Mais ceux qui sur la Scene, en feurs doctes ouvrages,
En offrent à nos yeux de fi vives images,
Par"éprcuve ont connu ce que leur Art décrit ,
Et leur cæur peut sans peine instruire leur esprit.
Quel plus rare prodige ! Une jeune Princesse,
A qui le ferme appui de la haute sagesse
Fit toûjours ignorer ces transports violens,
Qui soûmettent une ame à l'empire des sens ;
A nos regards charmez en trace une peinture,
Ou le cæur attendri reconnoît la Nature.
D'un Epoux, il est vrai , plus charmant que l'A-

Expo
V10

L'inn

O PC

Duc

De 1

Poul

Mais

mour

Rend

Publi

Vio

Qui

Nes'

Le merite la seut enflammer à son tour ;
Mais de ces feux contens, sans trouble , fans foiblesse,
Le Theatre å regret expose la tendresse.
Il faut aux vils mortels conduits par leur penchant,
Du malheur , qui le fuit , faire un tableau touchant,
Il faut los effrayer par l'exemple funeste,
Ou du crime de Phedre, ou des fureurs d'Oreste

; Et lors que d'un Heros on leur peint la vertu,

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

S'il n'est des passions ou du sort combattu ,
De l'assiette d'un cour fi ferme , fi tranquile
On offre à leur foiblesse un modele inutile ;
La vertu de fi haur blesse leurs yeux jaloux,
Leur semble inaccessible, & les rebute tous.
Ainsi d'un con plaintif, sous l'habit d'une esclave,
Exposée aux rigueurs d'un destin qui la brave ,
VIOLANTE aujourd'hui nous montre en ces revers.
L'innocente Vertu qui gémit dans les fers.
O Peuples , quel bonheur, de voir vôtre Princesse
Du cæur humain pour vous revêtir la foiblesse !
De l'Amour & du fort subir ainsi les coups ,
Pour vous montrer en soi ce qu'il faut craindre

en vous ! Mais vous , savantes Sæurs , par des chants dignes

d'elle, Rendez un juste hommage à la gloire immortelle Publiez à l'envi l'excez de ses bontez. VIOLANTE n'est pas de ces vaines Beautez , Qui préparant aux cæurs des fers & des allarmes, Ne s'occupent jamais que du soin de leurs charmes. De cette même main , qui fait de ses cheveux Les liens d'un Epoux, digne objet de ses veur, Elle fait vous donner les marques les plus cheres Du zele , qui l'attache à vos sacrez misteres.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »