Imágenes de páginas
PDF
EPUB

HISTORIQUE
DES FABLES
Par feu M. P. Abbé BANIER, de
ÇAcadémie des Inscriptions ago

Belles-Lettres..
NOUVELLE EDITION,
Kevuë , corrigée

& très - différente des
précédentes
TOME: PREMIER:

A PARIS,
Chez BRIASSON, ruë St Jacques, à la

Science & à l'Ange Gardien.

M. DCC. XLII.
Are. Approbation & Privilege du Roi.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

I

LEST AISÉ de s'appercevoir

en lisant les Fables, qu'elles

renferment plusieurs sens : Ce sont autant d'enveloppes, sous lefquelles les Anciens nous ont caché plusieurs vérités. Ainsi ceux qui fe font appliqués à nous en donner des explications, se font jettés dans différens partis; chacun y a découvert ce que son génie particulier & le plan de ses études l'ont porté à y chercher:& comme les voiles dont les Poëtes ont couvert les vérités: qu'ils nous y enseignent, ont répandu sur leurs Fables une obfcurité mystérieuse, on y a trouvé tout ce qu'ona voulu. Le Physicien y a apperçû les mysteres de la Nature ; le Politique, les rafinemens de la Sagesse; le Philosophe, la Morale la plus pure; le Chimiste, les secrets les plus importans de

Tome I.

*

te,

fon Art : enfin chacun a regardé la Fable comme un pays de conquê

où il a cru avoir droit de faire des irruptions conformes à ses intérêts.

Ce n'est pas là le jugement qu'ont porté des Fables les

anciens Peres de l'Eglise , Origene , Lactance, Arnobe, Saint Augustin : Ils ont prouvé aux Philosophes Payens, qui avoient intérêt de donner à leurs Fables des sens allégoriques pour en diminuer les absurdités, qu'elles n'étoient dans leur origine que d'anciennes Histoires défigurées par

la licence des Poëtes; que ceux-ci n'en avoient pas inventé le fond; qu'ils n'avoient fait que l'embellir.

Les Sçavans du premier ordre, Bochart, Vossius, Heinsius, le Clerc , le Pere Tournemine, & tant d'autres, ont porté le même jugement des Fables, que les Peres de l'Eglise : Ils les ont regar

« AnteriorContinuar »